Land’Art de Sangkhlaburi
C’est en se promenant en scooter dans les environs que nous avons pris un petit chemin de terre.
Celui-ci nous mena au bord d’un bel étang.
Deux ponts de bois le traversaient et nous permirent d’atteindre les autres rives.
Il faisait déjà très chaud mais le lieux nous offrit quelques graines et écorces de bambous nous inspirant à y réaliser un mandala….
Lors de notre collecte, nous n’avions pas vu que cette jolie araignée d’une dizaine de cm avait pris pour habitat une de nos écorces de bambou…
Intrigué de nous voir ramasser différents feuillages et autres végétaux, un paysan qui travaillait non loin de là est venu voir ce que nous faisions.
Tout souriant, il a contemplé notre oeuvre pendant quelques instants et s’en retournant a interpellé ses voisins en leur disant :
« Ils ont fait une grande fleur, un temple pour la Nature ! »

Le land’art est vraiment un langage universel !…

Pour nous suivre à Ayutthaya,
Merci pour vos commentaires les amis.
Ne vous inquiétez pas si vous ne voyez pas s’afficher votre premier message car nous devons le valider pour que les prochains apparaissent ensuite automatiquement.

8 Commentaires

  1. Le Lay Yohann

    Qu’est-ce donc que cette sorte de nid de feuilles collées au centre du Mandala très chers amis du bout du monde ? ?

    Réponse
    • plumeetjoce139

      Coucou Yoyo !
      C’est une très bonne question que tu te poses là car nous avons la même.
      Ce magnifique land’art réalisé par mère nature est peut-être dû à un oiseau, un insecte, un lutin des forêts ou autre, nous ne savons malheureusement pas.
      Tout ce que nous pouvons dire à ce sujet est que nous avions vu la même chose en Inde,dans les forêts de l’Orissa.
      Plein de gros bisous à la Kergaradec Family.

      Réponse
      • plumeetjoce139

        Sà-Wàt-Di-Kràpt Yoyo !
        Joce a mené son enquête et il s’avère que cet étonnant assemblage de feuille a été réalisé par des fourmis !
        Ce sont des fourmis tisserandes asiatiques que l’on appelle en latin Oecophylla Smaragdina Fabricius.
        Ce sont leurs habitats « naturels », elles y pondent et élèvent leurs larves.
        Les humains récoltent ces nids pour manger les larves où les donner aux oiseaux chanteurs en captivités qui en sont très friands également.
        Voilà, on se couchera tous un peu moins bêtes ce soir…
        Gros bisous.

        Réponse
        • Le Lay Yohann

          Merci pour l’info, je me doutais bien qu’il y avait une histoire d’insecte là dessous ? !
          BZZZZZZZZZZ

          Réponse
  2. des oiseaux

    L’elficomusicologue que je suis le remarque d’un seul coup d’oeil: nous avons affaire à un superbe spécimen de lutine artborigène à dreads locks, siégeant en haut à gauche juste à côté de la fleur, vous l’avez vu? 😉

    Réponse
  3. Selva

    Danielle vient de me transmettre le lien de votre superbe blog.
    Quel choix judicieux de partir au soleil durant l’hiver! Pour avoir vécu à Llissanes je sais combien le vent peut y être saillant !
    Merci pour ces magnifiques partages et bravo pour ces œuvres land’art. Un véritable hommage à la nature.
    Quelle sublissime planète !
    Il est bon de voir des êtres se remplir le coeur de ses merveilles…
    Je vous souhaite le plus savoureux des voyages.
    Au plaisir d’un prochain partage.

    Réponse
    • Plume et Joce

      Sabai dee Selva !
      Merci pour ton message et désolés d’avoir un peu tarder à te répondre, le net est un peu compliqué au Laos.
      Faut dire qu’on n’est pas très doué avec la technologie.
      Nous sommes heureux de t’emmener en voyage avec nous !
      Gros bisous ensoleillés du Laos !

      Réponse
  4. Sandra

    Salutation Plume de la Terre
    Salutation Joce de la Terre

    Un grand MERCI pour tous ces partages.
    A travers vous s’exprime la beauté et la perfection de Terre Mère.Vous la sublimez!
    Belle continuation sur le chemin du Coeur!
    Sandra

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *